« L’affaire Monat-Roditi »

Les éditions Allia ont annoncé la publication prochaine de l’entretien accordé par Hannah Höch au journaliste et critique d’art Édouard Roditi en 1959, inédit en français — sans doute l’un des entretiens les plus connus de l’artiste, avec celui de Suzanne Pagé paru en 1976. Très diffusé, il contribua à accroître la visibilité de Höch au sortir de la Seconde Guerre mondiale : elle, la discrète « fourmi parmi les cigales1 », mais aussi l’une des principales prêteuses de matériel et d’œuvres dadaïstes lors de l’exposition-phare « Dada. Dokumente einer Bewegung » (<Dada. Documents d’un mouvement>) qui avait eu lieu l’année précédente à la Kunsthalle de Düsseldorf — entre autres2 .

A la publication de cet entretien en 1959, Höch reçu une véritable volée de bois vert de la part de ses anciens camarades dadaïstes. Dans le cadre de mes recherches de thèse, j’ai eu l’occasion de me pencher sur cette « affaire Roditi », qui s’étend de 1959 à 1964 et témoigne du contrôle exercé par les anciens dadaïstes sur le discours relatif au mouvement, à l’époque où Dada attire l’attention des historiens, des critiques d’art et des musées. A l’occasion de sa publication prochaine, je vous propose un aperçu du contexte de publication et de la réception de ce fameux entretien, extrait du premier chapitre de ma thèse, récemment achevé.

L’objet de la discorde — Der Monat du mois de novembre 1959, n°134.
Continuer la lecture de « « L’affaire Monat-Roditi » »
  1. H. Richter, Dada — art et anti-art, Paris, Les belles lettres, 2016 (Le goût des idées), p. 124. []
  2. D’après notre comptage, réalisé à partir de l’index des archives Hannah Höch (Lebenscollage), ce sont près de 700 documents concernant les années 1915 à 1922 qui sont conservés par l’artiste. Lorsque les dadaïstes « vieillissants » et les commissaires d’exposition s’y intéressent après-guerre, Höch se retrouve à la fois très sollicitée et peu reconnue. []