Face au dos. L’histoire méconnue d’une photographie célèbre

Le 1er novembre naissait Hannah Höch, il y a tout juste 130 ans. Pour l’occasion, et bien qu’avec un peu de retard, je tenais à vous livrer un article (qui sera complété dans les prochains jours) qui me tient à coeur pour deux raisons. La première : son objet. Je voulais parler de cette photographie qui a écrit l’histoire de DADA et de Höch, indispensable à toutes les publications à ce sujet. La seconde : son angle d’approche. On pourrait parler de l’image, une énième fois, et en tirer, peut-être pour une des premières fois, une interprétation à part entière, dont la conclusion serait sans doute qu’elle a durablement forgé notre manière de percevoir l’artiste en lien avec Raoul Hausmann. C’est pourquoi je voulais aborder son dos, double trace historique témoignant de la manière dont l’artiste se ré-approprie sa mémoire, mais aussi de son inscription dans l’historiographie. Dans ce cas particulier, la photographie en tant qu’objet devient un noeud incomplet et instable liant mémoire personnelle et collective. 
Robert Sennecke, Sans titre ((Hannah Höch und Raoul Hausmann auf der 1. Internationale Dada-Messe Berlin), 1920, tirage sur papier argentique, 16,5 x 12 cm, Hannah-Höch-Archiv, Berlinische Galerie (Berlin).

 

Son recto est célèbre. Immanquable compagnon de toutes les contributions, articles, cours, livres sur le mouvement dadaïste, il illustre le groupe berlinois et plus particulièrement son exposition-phare, son tumultueux et discordant chant du cygne : la Première foire Internationale DADA de 1920.

Le verso, en revanche, demeure tout à fait inconnu. Il raconte pourtant la success story de l’image, nous renvoie, comme bien des dos, à sa matérialité et à son histoire d’objet. Il est émaillé d’écritures : un agglomérat d’annotations, s’échelonnant dans le temps étendu de la photographie, nous raconte sa vie d’après et comment, en passant entre quelles mains, elle s’inscrivit dans la construction d’un certain discours de l’histoire de l’art sur le mouvement dadaïste et son antenne berlinoise. 

Oublions un instant la composition, le moment merveilleusement figé où Hannah Höch se penche sur son compagnon d’alors, Raoul Hausmann, en s’appuyant légèrement sur une longue canne, et les interprétations qu’elle implique. Lui, droit comme un « i », lève son sourire et un regard à l’œil cerclé. Il tient quelque chose dans ses mains, l’attention semble sur eux, quand en réalité la nôtre se porte déjà sur l’arrière plan et les chef d’œuvres dadaïstes qu’il déploie. Oublions, et cliquons ici.

Continuer la lecture de « Face au dos. L’histoire méconnue d’une photographie célèbre »