Le jardin d’Hannah Höch – souvenir d’une visite

Promenade… historiographique

Ce jardin, qui semble compter plus de mètres carrés que de pas pour en faire le tour, l’historiographie en a fait une jungle féérique. Elle réclame, pour toute preuve, les nombreux clichés immortalisant l’artiste, aussi haute d’une fleur, tige noire et blanche dans un océan de couleurs. Son rôle n’a de cesse que d’être souligné : protecteur durant l’hostile national-socialisme, principal moyen de sa survie dans les temps économiquement rudes de l’après-guerre… Sur toutes les photos et dans tous les témoignages, le jardin semble protéger et nourrir Höch tout autant que celle-ci l’entretient et le cultive. En quelques phrases seulement, les visiteurs ne sont plus seulement assis dans un cadre champêtre agréable, un véritable jardin sauvage dans la tradition anglaise du XVIIIème siècle ; ils (la première génération de critiques d’art, historiens et commissaires allemands) se retrouvent au milieu d’un collage végétal dadaïste, qui par son opulence cache toute la production artistique contemporaine d’Hannah Höch, dont il n’est pas question— il faut bien dire qu’ils viennent majoritairement pour Dada1.

Il n’a jamais été question, pour moi, de minimiser son rôle ni sa magnifiscence, d’élaguer les relations complexes que Höch entretenait avec lui2; j’y pense et le lui dis, lorsque discrètement je m’éloigne du groupe qui arpente ses maigres sentiers pour me plonger, sous la tonnelle, dans la photo en noir et blanc où Höch pose avec son chien Punta. Je le lui dis tout en sachant que ses plus belles heures sont peut-être derrière lui, car il sait mieux que moi que tout change. Il connait les problématiques relatives à la conservation des jardins, cette fuite circulaire dans les espoirs de la conservation ; il sait que même lorsque le soin et les conditions climatiques parviennent à le faire fleurir davantage, rien ne se perd, rien ne se crée, mais tout s’est transformé. Ne serait-ce, dans le cas de ses cousins plus somptueux, que le bruit et la cadence des pas qui les parcourent, le contenu des discours, les manières d’en jouir, tous savamment tissés d’habitus culturels — tout cela, en changeant, emporte quelque chose de leur superbe. La nature a ses propres mesures de conservation, et elles n’ont jamais concerné les gestes humains. Höch le savait sans doute un peu, et acceptait peut-être pour cette raison que sont jardin déborde, qu’il lui échappe un peu. Elle savait aussi que cela ne faisait pas d’elle la belle au bois dormant ni la fée qu’Heinz Ohff et tant d’autres visiteurs auraient aimé apercevoir entre les branches de la pommeraie3.

Je ne souhaite donc pas minimiser l’impression qu’il donna, étendu aux limites du Grand Berlin, dans ce quartier aujourd’hui encore quasiment sans trottoir, bien plus loin de la ville que ne le prétend la carte, aux visiteurs venus de l’asphalte du centre. Je souhaite cependant étudier sa réception, son rôle pour l’artiste et pour l’historiographie ; Alma-Elisa Kittner ne s’y trompe pas lorsqu’elle décrit comment le « mythe du jardin4» façonna la reconnaissance höchienne, ni comment l’encre des journaux et des livres à son sujet contribuent, en dépit d’un indéniable gain de visibilité, à l’histoire de sa marginalisation.

  1. Une étude comparative des textes, interviews et souvenirs d’Edouard Roditi, Peter Krieger, Eberhard Roters et Heinz Ohff, parus à partie de 1959, fera l’objet d’une partie de ma thèse. []
  2. Hervé Brunon s’est attaché à décrire la complexité de ces « relations jardinières » dans ses recherches. Voir : Hervé Brunon, « Amitiés respectueuses. Pour une archéologie de la relation jardinière » in Jardins, n°6, 2015, p.33-52. Des réflexions plus globales sur la question de la conservation des jardins, et le défi qu’elle pose à l’histoire de l’art, sont notamment abordées in Jardin, cat. exp. Grand Palais (15.3.-14.7.2017), Paris, Flammarion, 2017. []
  3. Je pense plus particulièrement à l’avant-propos du catalogue de sa rétrospective à l’Akademie der Künste (Berlin), organisée en 1971, dans lequel Eberhard Roters file la métaphore de Höch en tant que fée. À l’occasion d’une discussion dans le cadre du colloque « Dada zwischen Reden » organisé en 1989, qui rassemblait famille, amis, critiques et historiens de l’art ayant connu l’artiste, Heinz Ohff se souvient : « Hannah Höch était alors énervée à mon encontre. Je l’avais, dans un quelconque contexte, qualifiée de « Belle au bois dormant Dada ». Et elle ne pouvait plus supporter le mot Dada. Elle ne pouvait plus l’entendre, comme elle le disait souvent, pas plus que le surnom de « Belle au bois dormant ». Quand, sous le IIIème Reich, elle se retira de Steglitz à Heiligensee, c’était une sorte d’émigration sous la menace constante. Elle s’est alors littéralement faite oublier dans des circonstances amères ; cela n’avait absolument rien de féerique. Et elle me dit alors, assise bien droite sur son tabouret, comme toujours, elle me dit juste : « Monsieur Ohff, vous auriez dû mieux savoir ». » (Jula Dech, Ellen Maurer (éd.), Dada zwischen Reden zu Hannah Höch, Berlin, Orlanda Frauenverlag, « Der andere Blick – Frauenstudien in Wissenschaft und Kunst », 1991, p.229. []
  4. Alma-Elisa Kittner, « Wie ich mich in meinem Garten auflöse – Hannah Höch zwischen Künstlerinnenlegenden und Gartenmythen » in Doris Berger et Bernd Milla (éd.), Wahlverwandtschaften. Beiträge zu künstlerischen Selbstentwürfen,   Berlin, Argobooks, 2007, p.48-57. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.