Le jardin d’Hannah Höch – souvenir d’une visite

Le 19 mai dernier,  je profitais d’une visite organisée par Madame Bauersachs pour me rendre à Heiligensee et voir enfin le jardin d’Hannah Höch – ainsi qu’une partie de sa maison… Un agréable moment d’échange qui devra demeurer au seuil de ma thèse. 

Pour qui garde en mémoire les nombreuses photos dont il planta le décor, le jardin d’Hannah Höch n’est plus si foisonnant malgré le printemps qui le couvre de soleil et de ciel bleu. Hormis les plantes jaillissantes qui accompagnent indifféremment le visiteur curieux et l’invité chanceux du portillon à l’entrée, le long d’un étroit chemin pavé, les essences semblent s’y être dissipées, la pelouse, avoir gagné du terrain à l’arrière de la parcelle, jusqu’à quasiment recouvrir l’ancien potager ; comme s’il ressentait, d’une certaine façon, l’éloignement temporel de sa fameuse propriétaire et créatrice s’accroître, irrémédiablement.

Promenade… historique

Le 1er septembre 1939, Höch écrit sur la double page de son agenda : « Misère ! GUERRE !!! Misère1 ! » [39.12]. L’artiste, dont l’agenda trahit l’inquiétude face aux tensions politiques grandissantes, connaît déjà une liberté artistique restreinte depuis 1933, son travail étant affublé de l’étiquette de « Bolchevisme culturel » ; si l’artiste échappe officiellement au qualificatif de « dégénérée », c’est uniquement parce que ses œuvres, n’ayant pas fait l’objet d’acquisitions muséales, sont absentes de la célèbre exposition de 1937 — qu’on ne s’y trompe pas : dans les pages de Säuberung des Kunsttempels de Wolfgang Willrich, qui sert de base théorique et rhétorique à l’esthétique national-socialiste, l’une de ces toiles a bel et bien été reproduite… Mais c’est ce jour là, le 1er septembre 1939, qu’Höch entre véritablement dans la seconde guerre de sa vie. 

Dix jours plus tard fleurit soudain, au milieu des inquiétudes politiques, l’idée d’acquérir un lopin de terre grâce à sa part de la vente de la maison familiale2. Dès le lendemain, elle entame les démarches en ce sens, et le surlendemain visite un terrain dans le quartier d’Heiligensee (aux limites nord-ouest du Grand Berlin) sur lequel trône une petite maison3. C’est d’abord le jardin qui la séduit. Elle note : « Un jardin enchanteur. Une maison avec tout ce dont nous pourrions avoir besoin ». 

Le 14 septembre, signature chez le notaire : « […] le terrain et la maison « An der Wildbahn » à Heiligensee est à nous. Ce dont je n’aurais jamais osé rêver : posséder une petite maison, est devenu réalité4». Jardin et maison sont à aménager. Un processus qui durera plusieurs mois, émaillés par ses voyages avec son époux, Kurt Heinz Matthies. 

Lors des années de guerre, Höch vit de et dans son jardin, son « Paradis », où elle cultive nourriture physique et spirituelle — beaucoup de beauté et de parfums pour récompenser les efforts qu’ils requiert, les heures qu’il englouti loin de l’atelier. « Le jardin me sert essentiellement à me ressourcer, il me procure de la joie, me maintient en bonne santé et me permet de me couper du monde. J’en ai besoin, parce que des fruits y poussent, parce que c’est un lieu de beauté et de miracles toujours renouvelés. Des choses qui protègent les êtres humains des conditions difficiles dans lesquelles nous vivons tous. Également : la tête se repose, quand on travaille au jardin5. »

Hier plus qu’aujourd’hui, le jardin est entièrement conçu pour préserver son espace privé : « Personne ne doit savoir ce que j’ai dans mon assiette, ou bien me déranger lorsque je travaille au jardin, tout comme je n’aimerais pas que l’on puisse regarder par dessus mon épaule ce que je peints et dessine », affirme-t-elle6. Les lois contraignantes et absurdes d’un espace public oppressé et dangereux restent comme suspendues au feuillage foisonnant qui double la clôture. Seule pénètre la peur des bombes, au fond de la cave où elle se cache à chaque alerte. Elle fait de son jardin une frontière aux allures (mais allures seulement) sauvages, indisciplinées.

Lorsque, en 1942, son mari la quitte précipitamment, son isolement s’accroît. Après-guerre encore, malgré son active participation au renouveau de la scène artistique berlinoise, Höch subsiste dans une situation économique désastreuse et de drastiques conditions de rationnement (aggravées par le blocus soviétique de 1948-1949) en vendant fruits et légumes au marché du quartier, ou quelques bouquets de fleurs devant son portillon. Progressivement, la frontière s’ouvre, permettant le passage d’amis, de parents, de visiteurs. On s’y retrouve au pied des cerisiers en période de cueillette, ou devant la véranda pour partager un café et des fruits.

En 1969, Höch signe un contrat avec la ville de Berlin, cédant maison et terrain à la municipalité à sa mort. Et c’est presque dix ans après la disparition de l’artiste que s’installent les premiers locataires, la famille Bauersachs, qui s’engage à entretenir le jardin dans l’esprit de sa célèbre créatrice. Johannes Bauersachs est également peintre ; l’atelier est à nouveau habité. Malgré leur engagement et leurs bons soins, la famille Bauersachs frôle l’éviction en 2005 : la ville envisage finalement de vendre le terrain. Le couple fait l’impossible pour racheter la maison : rassemble son patrimoine, demande des prêts… Un compromis est trouvé, qui cède au musée de Reinickendorf une partie de la longue remise en partie construite sous la supervision de Höch ; dans un coin du jardin, de leur jardin, parfois, le musée ouvre cette toute petite salle d’exposition où des oeuvres intimistes et originales attendent le chaland égaré dans ce quartier résidentiel. La maison est sauvée, préservée : elle dénote aujourd’hui encore des constructions plus modernes qui l’entourent, comme une petite capsule où le temps ne s’écoulerait pas exactement de la même façon — mais s’écoule tout de même. Aujourd’hui, quiconque pénètre dans l’atelier, guidé par la main accueillante de Christina Bauersachs, semble voir deux ombres ; il y a seulement deux ans que Johannes Bauersachs a rejoint Hannah Höch, et pourtant tous deux y cohabitent au même titre. Il serait peut-être temps de considérer qu’il en est de même au jardin.

  1. Toutes les traductions de l’allemand ont été réalisées par l’auteure. Les numéros entre crochets correspondent aux numéros d’archives des documents cités, tels que répertoriés dans les trois tomes en six volumes de Eine Lebenscollage (Berlinische Galerie). []
  2. L’ouvrage le plus récent sur la question est le catalogue de l’exposition organisée en fin d’année dernière au Museum Reinickendorf : Hannah Höch. Von Heiligensee in die Welt, cat. exp. Musée Reinickendorf (Berlin, 6.9.-9.12.2018), Cologne, Wienand Verlag, 2018. []
  3. Sur l’histoire de la propriété d’Heiligensee, voir Gesine Sturm et Johannes Bauersachs, Ich verreise in meinen Garten. Der Garten der Hannah Höch, Berlin, Stapp Verlag, 2007. []
  4. L’agenda est cité à partir de Eine Lebenscollage, Band II, Abt. 2, Ostfildern-Ruit, Verlag Gerd Hatje, 1995, pp.622-642. []
  5. Cité in Gesine Sturm et Johannes Bauersachs, op. cit., p.29. []
  6. Ibid., p.60. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.