2018, année Höch (en France) ?

Vue de l’exposition “Couples modernes”, Centre Pompidou-Metz (photographie personnelle, 2018)
Et encore mieux !

Il fallait attendre la fin d’année pour voir enfin le nom de Höch associé à un autre patronyme que celui d’Hausmann. Au Centre Pompidou-Metz, dans le cadre de l’exposition « Couples modernes », Hausmann/Höch partagent une salle avec Höch/Brugman. Séparée du Dadasophe en 1922, Höch se met alors à voyager avec ses amis, notamment le couple Schwitters. C’est dans le cadre d’un séjour commun en Hollande qu’elle rencontre, en 1926, la poétesse et traductrice Mathilda Brugman, surnommée Til. Rapidement, toutes deux aménagent à La Haye. Höch passera plusieurs années loin de Berlin, où elle ne rentrera qu’en novembre 1929, quelques jours seulement après le krasch boursier de New-York qui entraînera, dans les années suivantes, l’Europe dans le désastre économique que l’on connaît. L’occasion, notamment, d’exposer à l’étranger : la Galerie De Bron lui consacrera sa première exposition monographique à partir de mai 1929, rassemblant 50 peintures et collages. 

Dans l’immense surface d’exposition où le visiteur navigue de couple en couple, d’osmoses créatives en ruptures, une petite pièce noire portait mention de ces deux relations. Au milieu, les poupées sur leur piédestal, et derrière elles, dans une perspective étudiée, La mariée (également intitulée : Pandore). La thématique du couple et de son devenir tranche littéralement la salle, pour qui sait comment ces deux oeuvres sont liées : les interminables échanges avec Hausmann sur le couple et l’institution du mariage, les deux avortements que Höch mettra toute une vie à, sans doute, ne pas dépasser1. De nouveaux objets sont montrés, dont le recueil de poésies de Til Brugman, Scheingehacktes, paru en 1935 avec une couverture de Höch, une vache triste inspirée d’une photographie conservée dans son Album (1933). 

Progressivement, enfin, on semble excéder Dada et partir vers l’aventure d’une vie. Espérons que se mouvement se poursuive !

Me concentrer sur la représentation de Höch dans ces deux expositions, ce n’est évidemment pas leur rendre justice, ni restituer les efforts tant scientifiques et muséographiques qu’elles ont représenté, pas plus que l’ensemble de choses nouvelles qu’elles mirent sous les projecteurs. C’est cependant un moyen, finalement comme un autre, d’observer un instant de la réception höchienne qui, ces dernières années, connaît un tournant auquel j’espère contribuer par mes recherches. Ce tournant s’est amorcé dans une série d’expositions monographiques, et se poursuit par sa prise en compte dans de grandes expositions thématiques, contribuant à reconnaître son apport à l’art du XXème siècle et invitant, à terme, ou du moins je l’espère, à considérer l’originalité de ses contributions.

  1. Sur les relations Höch-Hausmann, mon premier article, disponible sur le site d’AWARE : https://awarewomenartists.com/publications/hannah-hoch-lombre-de-raoul-hausmann/  []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.