2018, année Höch (en France) ?

Cet article dort depuis longtemps dans un dossier virtuel. Il n’est sorti de son sommeil qu’avec les premières chaleurs de l’été berlinois.

L’année 2018 semblerait bien avoir signé le retour d’Hannah Höch sur les cimaises françaises ; et augurer de surcroît, si ce n’est un renouveau de l’approche traditionnelle de son œuvre, du moins un regain d’intérêt.

Vue de l’exposition “Dada Africa”, Musée de l’Orangerie (photographie personnelle, 2018)
Oui… encore !

2018 s’est ouvert et s’est clos avec deux expositions d’envergure qui ont pioché dans les réserves de la Berlinische Galerie, principal prêteur de Höch dans ces aventures. La première exposition, Dada Africa, avait été précédemment montrée à Berlin puis à Zürich, respectivement à la Berlinische Galerie, consacrée à l’art berlinois depuis 1870) et au musée Rietberg, dédié aux civilisations extra-européennes. De quoi restituer déjà, avant son passage à l’Orangerie, la principale ambiguïté – qui se trouve aussi être la source de sa richesse interprétative – de la série Aus einem ethnographischen Museum, dont de nombreux photomontages étaient afin rassemblés sous les yeux des visiteurs. Parmi les nombreuses études qui ont été menées à son sujet, dont certaines en français1 (!), la dernière en date, signée Denise Toussaint, met justement en exergue la manière dont les dix-sept photomontages de cette série, réalisés entre 1924 et 1933, renvoient dos à dos les questionnements entraînés par la découverte des pays lointains : tant en ce qui concerne leur participation dans l’actualité occidentale d’un monde globalisé, qu’aux rôles et enjeux esthétiques qu’ils posent aux canons artistiques comme aux habitus de monstration occidentaux2.

Sur un fond coloré bien souvent monochrome, des figures composites se détachent en un saut, ou juchées sur un piédestal ou un simple promontoire. Ils sont hommes ou femmes, et bien souvent les deux, et utilisent un objet d’art extra-européen comme élément de déguisement ou de décors. Leurs contorsions, leurs reconstructions font naître le discours, instaurent une dialectique permanente faite d’hypothèses et points d’interrogations fermement attachés aux preuves photographiques, ces faits extradés de leurs contextes par quelqu’impérieuse nécessité artistique. La syntaxe interrogative de ces photomontages met sous les yeux du regardeur parmi les premières réflexions visuelles post-coloniale de la République de Weimar. Y sont évoquées des thématiques marquant la société de l’époque, telle la « Schwarze Schande am Rhein3 », la mise en scène de l’autre (à l’époque des zoos humains), la nouvelle hiérarchie des sexes constituée par la logique et les valeurs coloniales, la représentation des populations colonisées dans les médias, etc. 

Les photomontages ont été efficacement confrontés, autant que faire ce peut, à leurs originaux : qu’il s’agisse des objets eux-mêmes ou de la reproduction photographique des pages du Querschnitt dont elles sont issues. L’exposition a en outre été l’occasion pour Philippe Dagen de s’exclamer que Höch mérite qu’une exposition monographique lui soit consacrée dans l’hexagone4. Elle devrait, aimerais-je ajouter, en se démarquant de la première et unique rétrospective qui lui fut accordée, en 1976, par Suzanne Pagé au Musée d’Art Moderne et Contemporain de la ville de Paris, proposer un renouvellement des problématiques associées à son oeuvre, en s’attachant à nous montrer, enfin, autre chose — le visiteur-chasseur d’images höchiennes, dont il ne me semble un exemplaire académique, se réjouit là comme ailleurs de voir tant de Höch rassemblés, tout en regrettant de voir toujours la même chose. De surcroît, s’il m’est permis de garder mon esprit critique, le contenu bien que passionnant semblait mal intégré dans le déroulé de l’exposition : en plus d’excéder la période dadaïste, il intervenait dans la section intitulée « Dada Fusion », axée sur les couples Jean Arp/Sophie Taeuber-Arp et Raoul Hausmann/Hannah Höch — et ce bien que dans la série exposée, Hausmann n’ait joué aucun rôle.

  1. Valentine Plisnier, Le Primitivisme dans la photographie : l’impact des arts extra-européens sur la modernité photographique de 1918 à nos jours, Paris, Trocadéro, 2012. []
  2. Mon compte-rendu de l’ouvrage : http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2545&lang=fr []
  3. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, et dans le cadre du Traité de Versailles, la France, troupes coloniales inclues, occupe la Rhénanie. À l’humiliation de la défaite s’ajoute celle d’être occupé par des populations alors largement considérées comme inférieures. L’extrême droite allemande lance alors une campagne de propagande visant à dénoncer les sévices supposément subies par les Allemands, infligées par les troupes coloniales. Elle porte le nom de « Honte noire » et est largement relayée sous la République de Weimar.  []
  4. https://www.lemonde.fr/arts/article/2017/10/25/les-collages-de-hannah-hoch_5205858_1655012.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.