« L’affaire Monat-Roditi »

Épilogue : Höch silenciée

Friedel Richter, Hannah Höch et Hans Richter dans le jardin de la maison d’Heiligensee, Berlin, 10 oct. 1958, photographie argentique, Berlinische Galerie, Berlin [BG HHC-F 238/79].

Si l’entretien accordé par Höch à Édouard Roditi en 1959 augure incontestablement une réception plus large de l’artiste sur la scène artistique internationale et la reconnaissance de son passé dadaïste, il est aussi un parfait exemple des pressions qu’elle subit de la part des anciens dadaïstes dans l’écriture de l’histoire du mouvement. Lorsqu’elle n’est pas volontairement omise de l’auto-historiographie dadaïste (comme c’est le cas chez Huelsenbeck et Hausmann), les témoignages de sa contribution au sein du groupe entérinent des biais de genre caricaturaux et minimisent sa participation. C’est par exemple le cas d’Hans Richter. Il confère certes à Höch la visibilité qu’Huelsenbeck et Hausmann lui refusent, en lui consacrant systématiquement quelques pages dans ses ouvrages Profils Dada : avec dessins, photos, documents de 19611 , Dada, Art et anti-art paru en 19642 , et Rencontres de Dada à aujourd’hui publié en 19733 . Mais ces pages contribuent à ancrer durablement plusieurs stéréotypes, et à construire la marginalisation de Höch au sein du groupe autour d’une opposition de caractéristiques genrées. Les trois ouvrages développent une même rhétorique, dans laquelle Hausmann incarne le dadaïste et, par extension, le dadaïsme avec ses caractéristiques viriles correspondantes (bruyant, brutal, bestial, urbain, indépendant), et Höch développe des qualités féminines opposées (petite voix, douceur, grâce, discrétion, provincialité, éternelle élève d’Orlik). Dans Dada, Art et anti-art (1965), Richter livre cette description devenue célèbre et emblématique de cette construction genrée, source de « malentendus4 » : 

« Hausmann a tout fait. […] C’est ainsi qu’il était un jour photomonteur, le second peintre, le troisième pamphlétaire, le quatrième créateur de modes, le cinquième éditeur et poète, le sixième optophonéticien et le septième… il se reposait auprès de sa Hannah. […] Comment Hannah Höch, calme et sage élève d’Orlik, venue de sa petite ville de Gotha, a-t-elle pu se joindre au mouvement agité de Dada Berlin ? Elle n’a, pour ainsi dire, pas participé aux premières manifestations, si ce n’est par ses collages. De toutes façons, sa petite voix aurait été imperceptible dans le chahut de ses camarades masculins. Mais elle s’est rendue indispensable au cours des soirées d’atelier de Hausmann, tant par le contraste frappant entre sa grâce monacale et le côté poids lourd de son maître, que par les petits sandwichs accompagnés de café et de bière dont elle parvenait à nous pourvoir comme par miracle, malgré le manque d’argent. C’est au cours de telles soirées qu’elle était autorisée à faire entre sa voix menue mais précise […]. Bref, une fille pleine de ressources5 ! Irremplaçable fourmi parmi les cigales6 … »

Ces préjugés de genre prennent la place du récit de l’apport effectif d’Hannah Höch à l’esthétique dadaïste, et sont d’autant plus dommageables qu’ils seront largement repris par la première génération de critiques et d’historiens de l’art allemands à travailler sur l’artiste. Au premier rang, Heinz Ohff, qui publie en 1968 la première biographie consacrée à l’artiste, la qualifie en 1964 de « Belle aux bois dormant » dada volontaire, en référence à son exil à Heiligensee, en banlieue de Berlin, juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale7 . Mais l’exemple le plus frappant est peut-être celui d’Eberhard Roters qui, dans la brève introduction qu’il rédige au catalogue de la première rétrospective muséale d’Hannah Höch à l’Académie des beaux-arts de Berlin en 1971, commence non seulement comme dans un conte de fée par « Il était une fois », mais compare tout du long Höch à un être féérique en se basant d’une part sur les photomontages fantaisistes dans son oeuvre, et d’autre part sur le jardin de sa maison d’Heiligensee. Pour ce faire, il alterne des propos rapportés d’Hannah Höch et des extraits du Petit Zacharie, surnommé Cinabre où E.T.A. Hoffmann met en scène la fée Rosabelverde. Il clôt l’introduction sans équivoque : « une fée demeure une fée, même quand elle cherche à le cacher8 ». L’auto-historicisation dadaïste est donc déterminante, en cela que « [les anciens dadaïstes] ont en partie déterminé leur réception, en décidant des lieux et contextes de publication ou d’exposition9 », comme le remarque Agathe Mareuge dans l’étude qu’elle consacre à la question.

In fine, l’entretien d’Edouard Roditi augure une période de la réception d’Hannah Höch où son image et ses propos lui échappent, et ce pour deux raisons. 

La première est que Höch ne rédigea pas d’ouvrage consacré à ses années dadaïstes, et ne pu donc « faire entendre sa voix » dans l’auto-historicisation du mouvement avec autant d’ardeur que ses confrères. Son projet de consacrer un livre à Kurt Schwitters, dans lequel elle reproduirait des documents dadaïstes inédits issus de ses archives, n’aboutit pas, peut-être par manque de temps10 . Les textes qu’elle rédigea durant cette période sont majoritairement des discours, et ne furent jamais publiés. Je les ai cependant traduits en annexes de ma thèse, et cela fut une de mes plus grandes surprise durant mes recherches : j’avais toujours lu que Höch n’avait pas beaucoup écrit, et pourtant, en m’attelant à traduire ses textes (hors entretiens !) j’obtiens plus de 80 pages (!!)… 

La deuxième raison est déjà en germe dans l’entretien de 1959 : les propos de Höch furent systématiquement utilisés pour construire un discours sur lequel l’artiste n’avait que peu de prise et ce, au détriment de son opinion, qu’elle exprimait pourtant. Pour preuve, l’absence d’impact de ses corrections transmises dès 1959 sur les versions parues sous forme de recueil l’année suivante. Egalement en germe dans l’entretien de Roditi : l’agacement d’Hannah Höch d’être systématiquement interrogée sur Dada, et non sur sa production contemporaine. Lorsqu’il l’interroge à nouveau sur « quelques uns de [ses] vieux amis et associés » de cette époque, après déjà plusieurs minutes d’interview, Höch réplique : « Je croyais avoir déjà parlé d’eux11 ». Puis, sur l’insistance de son interlocuteur, elle continue d’évoquer son passé dadaïste. A l’occasion d’un entretien accordé à Stern Magazin bien des années plus tard, en 1975 (elle a 86 ans), Höch confie : « Dada me sortait par le nez ! Il entre progressivement dans les moeurs, mais de nos jours les gens ne veulent m’entendre parler que de cette époque là12 ! ». En 1968, elle fit le même reproche à Ohff : « mon livre était « trop orienté sur Dada », bien que je me sois efforcé de rendre également justice à l’oeuvre tardive13 », se souvient-il dans à l’occasion d’un table ronde en novembre 1989. Un autre reproche, très révélateur, lui revient en mémoire :

« A cette époque, Hannah Höch était en colère après moi. Je l’avais, dans un contexte quelconque, qualifiée de « Belle au bois dormant Dada ». Et elle ne pouvait plus supporter le mot « Dada ». Lorsqu’elle déménagea de Teglitz à Heiligensee pendant le IIIème Reich, c’était pour elle une sorte d’émigration sous une menace constante. Cela n’avait rien de féérique, qu’elle doive se faire littéralement oublier là bas dans des circonstances amères. Elle me dit juste, assise droite comme un i sur un tabouret, comme elle l’était toujours : « Monsieur Ohff, vous auriez dû mieux savoir14 ». »

Ce qui n’empêcha pas le critique d’art de réitérer le parallèle, puis à Roters de se l’approprier en 1971.  Cette première phase de sa réception me laisse l’impression qu’on la fit beaucoup parler, mais qu’on l’écouta peu.

  1. H. Richter, Dada Profile : mit Zeichnungen, Photos, Dokumente, Zürich, die Arche, 1961. []
  2. H. Richter, Dada — Kunst und Antikunst, Cologne, DuMont Schauberg, 1964. []
  3. H. Richter, Begegnungen von Dada bis heute : Briefe, Dokumente, Erinnerungen, Köln, DuMont Schauberg, 1973 (DuMont Dokumente). []
  4. C’est ainsi que Höch qualifie auprès de Suzanne Pagé en 1975 l’image d’elle qui se répand suite au souvenir de Richter : S. Pagé, « Interview avec Hannah Höch » in op. cit., p. 26. []
  5. Le « tüchtige Mädchen » de Richter est devenu un véritable cas d’école dans la critique de la première réception d’Hannah Höch et de la mise en exergue des préjugés de genre dont elle est victime. A titres d’exemples, plusieurs articles (liste non exhaustive) : « Karin Thomas, « Hannah Höch, das « tüchtige Mädchen » mit einem feministischen Fragezeichen » in J. Dech et G. Adriani, Hannah Höch : Fotomontagen, Gemälde, Aquarelle, Cologne, DuMont, 1980 (DuMont-Dokumente),  p. 67-77 ; C. Launchner, « The Later Adventures of Dada’s Good Girl : The Photomontages of Hannah Höch After 1933 », <Les aventures tardives de la « bonnes fille » Dada : les photomontages d’Hannah Höch après 1933>, in P.W. Boswell et al., The photomontages of Hannah Höch, Minneapolis, Walker Art Center, 1996, p. 129-151. []
  6. H. Richter, Dada — art et anti-art, Paris, Les belles lettres, 2016 (Le goût des idées), p. 104 et 124. Cette tendance de Richter est tenace : huit ans plus tard, dans Rencontres de Dada à aujourd’hui (1973), Richter revient sur le souvenir de ses visites chez Höch en octobre 1958 et en février 1962. Après avoir concédé que « Hannah Höch n’était certes plus liée à Hausmann depuis presque un demi siècle, mais [qu’]elle le demeurait dans [s]es souvenirs » et qu’il conserve, d’une certaine manière, toujours intacte l’image de « la petite jeune fille dans la cage à fauves de Raoul », il poursuit dans ce sens avant de reconnaître que cette « élève d’Orlik » est, « certes non sans l’inspiration d’Hausmann », parvenue à « [suivre] sa propre voix et à se distinguer avec conscience, talent et bravoure ». S’élève en filigrane l’image d’une femme indépendante, fidèle en amitié et à la droiture naturelle. L’objet des visites de Richter était sans équivoque les archives de Höch. Après avoir narré leur conservation périlleuse et courageuse en plein IIIème Reich, malgré la surveillance de la Gestapo et la pression des perquisitions national-socialistes, le paragraphe de leurs retrouvailles culmine dans l’attribution à Höch du titre de « fidèle gardienne des temps reculés ». Il attribue le fait qu’elle ne lui a jamais renvoyé les archives demandées malgré ses relances et les promesses de son interlocutrice à son « instinct d’écureuil » (un petit animal, encore, bien que plus gros qu’une fourmi…). []
  7. Quatre ans plus tard, dans la biographie de l’artiste, on peut lire encore l’expression qui la mis en colère : « Sie will, ein freiwilliges Dornröschen, hinter ihrer Apfel- und Asternpracht möglichst nachhaltig vergessen werden. », <Elle voulu alors, belle aux bois dormant volontaire, se faire autant que possible durablement oublier derrière la splendeur des pommes et des asters>, H. Ohff, Hannah Höch, op. cit., p. 8. []
  8. « Eine Fee bleibt doch eine Fee, selbst wenn sie das zu verbergen trachtet. », in « Es war einmal », Hannah Höch. Collagen aus den Jahren 1916-1971, Berlin, 1971 (catalogue de l’exposition de l’Akademie der Künste de Berlin, du 28 mai au 4 juin 1971 ; Städtische Kunsthalle de Düsseldorf du 29 octobre au 22 novembre 1971), p. 8-15, p. 15. []
  9. Agathe Mareuge, « Quelques aspects des relations entre avant-garde et modernité dans le contexte de l’Allemagne divisée : le cas des dadaïstes vieillissants », Germanica [En ligne], 59 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 03 mars 2017. URL : http://germanica.revues.org/3341 ; DOI : 10.4000/germanica.3341 []
  10. [62.172] []
  11. « But I would now like to hear you discuss some of your old friends and associates of the heyday of the modern art movement. / HÖCH : I thought I had already spoken of them. / E.R. Yes, but I’m very inquisitive. », <Mais j’aimerais maintenant vous entendre parler de certaines de vos vieux amis et associés de l’époque du mouvement d’art moderne. / Höch : Je pensais en avoir déjà parlé. / E.R. Oui, mais je suis très inquisiteur.>, E. Roditi, « Hannah Höch » in Dialogues on art, Santa Barbara, Calif, Ross-Erikson, 1980, p. 71. []
  12. « Dada hängt mir zum Halse raus ! Langsam ist das doch abgedroschen, aber in der heutigen Zeit wollen die Leute nur über diese Zeiten von mir hören », Interview de Heiko Gebhard (photographies : Stefan Moses), « Ein Leben lang im Gartenhaus », Stern Magazin, 22 avril 1976. Voir : A.-E. Kittner, « Hannah Höch vor der Kamera. Foto-Inszenierungen der 1960er- und 1970er- Jahre », <Hannah Höch devant l’appareil : mises en scènes photographies des années 1960 et 1970>, in C. Gerner et al., Hannah Höch : von Heiligensee in die Welt, Cologne, Wienand, 2018, p. 101-120, p. 107. []
  13. « ihr war auch mein Buch zu sehr « nach Dada ausgerichtet » obwohl ich mich bemühte, auch dem späterem Werk Gerechtigkeit widerfahren zu lassen. », H. Ohff, « Auf der Szene nicht vorhanden — Versuch nach einer Wirkungsgeschichte Hannah Höchs » <Pas sur le devant de la scène — à la recherche d’une histoire de l’influence d’Hannah Höch>, in J. Dech et G. Adriani, Hannah Höch : Fotomontagen, Gemälde, Aquarelle, Cologne, DuMont, 1980 (DuMont-Dokumente), p. 105-106. []
  14. « Hannah Höch war damals böse mit mir. Ich hatte sie in irgendeinem Zusammenhang als Dada-Dornröschen bezeichnet. Und das Wort Dada konnte sie nicht leiden. Sie konnte es nicht mehr hören, wie sie oft zum Ausdruck brachte, und das Wort Dornröschen auch nicht. Denn wie sie sich im Dritten Reich, von Teglitz nach Heiligensee, war das eine Art von Emigration unter ständiger Bedrohung. Es hat absolut nichts märchenhaftes, dass sie sich da draußen unter ganz bitteren Umständen buchstäblich vergessen ließ. Und sie sagte mir nur, kerzengerade auf ihrem Hocker sitzend, wie sie es immer tat sagte nur : « Herr Ohff, Sie hätten das besser wissen müssen ». », « Podiumsdiskussion mit Zeitgenossinen und Zeitgenossen », <Table ronde avec des contemporaines et contemporains>, in op. cit., p. 229. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.