« L’affaire Monat-Roditi »

ACTE IV – Hausmann ou l’art de mettre de l’huile sur le feu

Höch est donc parfaitement consciente de la considération très inégale de ses anciens camarades dadaïstes à son égard, et de la place fort disparate qu’ils lui ménagent dans le processus d’auto-historicisation du mouvement de l’après-guerre. D’autant plus qu’Heulsenbeck n’est pas le seul à lui exprimer son mécontentement. Depuis plusieurs années, Hausmann lui envoie régulièrement des lettres plus ou moins déplaisantes où transparaît son angoisse liée à la réception de Dada et au peu de profit qu’il parvient à en tirer depuis son exil dans le Limousin. Le 1er mai 1960, alors qu’il n’a pas encore pu se procurer un exemplaire de l’entretien paru dans Der Monat, Hausmann écrit à Höch. Il a appris par l’éditeur Horst Ringel que l’interview avait engendré « une attaque à [s]on encontre par la famille Huelsenbeck1 », rendue publique dans le numéro de février 1960. Il en profite pour revenir sur sa contribution à l’ouvrage de Walter Mehring, « Berlin — Dada » Souvenirs. Il lui dit sans détour qu’à son avis, elle n’a jamais fait partie du Club Dada (ce qu’il confirmera dans son autobiographie2 ), et lui demande pourquoi l’un de ses photomontages, qu’il aurait prétendument donné à Oskar Moll en 1919 (alors qu’il affirme avoir cessé tout contact avec les Moll en 1918), s’est récemment retrouvé mis aux enchères par la personne qui l’aurait acquis auprès de sa veuve, sans qu’il ne perçoive le moindre dû sur cette vente. Spoiler alert : Höch n’en a aucune idée.

La lettre qu’il rédige deux ans plus tard, après avoir enfin lu l’entretien de Roditi, suit le même schéma : il reproche à Höch de trop y nuancer à son goût l’engagement politique des dadaïstes (sans considérer des facteurs qui expliqueraient cette démarche, comme son vécu personnel ou le contexte de la Guerre Froide…), d’avoir émis un avis péremptoire sur sa personnalité3 (comprendre : qui ne correspond pas à l’image qu’il a de lui), et il lui rappelle enfin son rôle quasi-inexistant dans le mouvement4 . La lettre continue, et avec elle les reproches et les accusations. Parce qu’elle était malade5 et a toujours été seule pour gérer les envois d’oeuvres d’art ou de reproductions photographiques aux diverses expositions ou maisons d’édition les suscitant6 , Höch n’avait pas été en mesure de transmettre à temps à Michel Seuphor la photographie de la Première Foire internationale Dada requise par Hausmann pour parution dans le Dictionnaire de la sculpture abstraite. Pour son ancien compagnon, ce manquement s’inscrit en réalité dans une tentative de sabotage général de Höch à son encontre :

« Tu envoies lors des expositions ce qui t’arrange TOI — aux exposition Dada de Düsseldorf, Francfort et Amsterdam, tu as envoyé des oeuvres qui n’avaient aucune valeur (comme le portrait de Felixmüller, cette horreur que j’aurais depuis longtemps déchirée !!) — et les gens disent alors, naturellement, Hausmann est très faible. Parmi tous, c’est bien toi qui a le plus endommagé ma réputation artistique que n’importe qui d’autre — alors que je n’ai JAMAIS rien entrepris à ton encontre — et je trouve bien souvent que ton travail est de seconde zone7 .»

Dans le brouillon d’une de ses réponses aux multiples attaques d’Hausmann, Höch réaffirme sa position de gestionnaire et gardienne des oeuvres dadaïstes : « J’ai dû prendre tant de décisions en la matière — et si j’en avais pris une seule qui s’était avérée mauvaise, pas un seul de tes travaux n’aurait été conservé — ce qui est le cas pour presque tout ici à Berlin. Sans compter que cela m’a toujours mise en danger8 ». Je ne sais pas si cette remarque est finalement présente dans la lettre effectivement envoyée. Quoi qu’il en soit, ces échanges sont souvent pénibles à lire : ils étaient vraisemblablement tout aussi pénibles à vivre pour Höch qui, après avoir envoyé à Hausmann, comme il le désirait, ses oeuvres et une partie de ses archives le concernant en 19669 , note dans son agenda au 3 septembre de l’année suivante (alors qu’il lui demande d’autres documents en vue d’une rétrospective) : « Beaucoup d’heures passées à la correspondance d’Hausmann. Il reste encore à faire. Je dois lui réécrire. Ce fardeau (Dieses Ungeheuer) va probablement me peser jusqu’à la dernière heure10 ». La toute dernière lettre d’Hausmann à Höch en 1968 fut encore une litanie de reproches, au sujet cette fois de sa plus récente contribution au catalogue de l’exposition Collage 67 ((Pour le plaisir, je vous retranscrit ici la lettre de Raoul Hausmann à Hannah Höch du 7 avril 1968 : « Im Katalog der Ausstellung im Lenbachhaus in München, Collage 67 fand ich folgende, von Dir geschriebene Stelle « Mitbegründerin der Berliner Dadabewegung ». Dein Name erscheint weder auf dem Dadaistischen Manifest vom 12. April 1918, noch auf einem der Programme der Dada-Soireen, die ich in Händen habe. Schliesslich hast du nur auf der Dada-Messe von 1920 als Dadaistin ausgestellt, weil ich Gross und Heartfield androhte, meine Arbeiten zurückzuziehen, wenn sie Dich nicht mitausstellen. Im übrigen las ich mehrfach, dass Du an der Anti-Dada und Merz-Soiree in Prag im September 1921 beteiligt war — aber doch nur als Zuschauerin, nicht als Mirwirkende ! Ich bitte Dich also, diese Irrtümer nicht zu wiederholen. » <Dans le catalogue de l’exposition au Lenbachhaus de Munich, Collage 67, j’ai trouvé l’affirmation suivante écrite de ta main : « co-fondatrice du mouvement Dada berlinois ». Ton nom n’apparaît ni sur le manifeste dadaïste du 12 avril 1918, ni sur les programmes des soirées dada que je tiens entre les mains. Au final, tu n’as exposé à la Foire Dada de 1920 que parce que j’ai menacé Gross et Heartfield de retirer mes oeuvres si tu n’exposais pas avec nous. Du reste, j’ai souvent lu que tu avait contribué aux soirées anti-Dada et Merz de Prague en septembre 1921 — mais pourtant seulement en tant qu’observatrice, et non en tant que participante ! Je te prie de ne pas répéter ses erreurs> [68.37].)) . En 1973, Hans Richter qualifie cette attitude de « réaction anti-Hannah Höch d’Hausmann » et constate que « pendant des décennies, il réagit au nom d’Hannah avec une sorte de haine diabolique11 ». 

Marthe Prévot, Raoul Hausmann tenant sa sculpture-assemblage L’esprit de notre temps, 1967, épreuve gélatino-argentique, 17 x 12,5 cm, documentation du musée départemental d’art contemporain de Rochechoaurt, Rochechouart.
  1. Lettre de Raoul Hausmann à Hannah Höch du 1er mai 1960 : « ein Angriff auf Dich von der Familie Huelsenbeck » [60.49]. []
  2. R. Hausmann, Am Anfang war Dada, Steinbach/Giessen, Anabas-Verlag, 1972, p. 170. []
  3. Lettre de Raoul Hausmann à Hannah Höch du 21 juin 1962 : « Liebe Hannah Höch, vor eineinhalb Jahren hast Du im « Monat » Dinge über dada veröffentlichen lassen, die völlig falsch waren. Heartfield und Herzfelde waren Mitglieder der K.P. und Otto Freundlich ebenfalls — ich war ideel ebenfalls auf dieser Seite. […] Was die Personen anlangt, die mich stets « ankurbeln » mussten — na, noch heute habe ich keinerlei derartiges Bedürfen. […] Aber du kannt nicht Dinge veröffentlichen lassen, die die Dadaisten lächerlich machen. » <Chère Hannah Höch, il y a un an et demi, tu faisais paraître dans Der Monat des choses complètement fausses sur Dada. [John] Heartfield et [Wieland] Herzfelde étaient membres du P.C., ainsi qu’Otto Freundlich — pour ma part, j’étais idéellement d’accord avec eux. En ce qui concerne les gens qui devaient sans cesse me faire des « courbettes » — eh bien, aujourd’hui encore, je n’ai aucunement besoin de cela. […] Tu ne peux pas faire publier des choses qui ridiculisent les dadaïstes.>, [62.47]. Retranscription complète dans Eckhard Fürlus, « Künstlerfreunde », in LC III, p.79-121, p.93. []
  4. « Vergiss bitte nicht, dass Du nur an der Dadamesse bei Burchardt teilnahmst — der Rest beschränkte sich auf Deine Abwesenheit » <N’oublie pas je te prie que tu as seulement participé à la Foire Dada chez Burchardt  — tu as été absente du reste>, ibid.. Il oublie vraisemblablement, comme le souligne Höch dans un commentaire au crayon gris qu’elle insère dans la marge, qu’elle participa également à l’exposition de 1919 chez I.B. Neumann : « ? Und bei I.B. Neumann (1. DADA Ausstellung laut Deinem geschriebenen Plakat nicht ?? », <? et chez I.B. Neumann (Première expo DADA selon l’affiche que tu as toi-même réalisée ??>, ibid.. []
  5. Dans la marge, elle note : « Ich habe ungezählte solcher Bitten erfüllt. — In diesem Fall war ich lange u. sehr krak. Da mag das vielleicht ? nicht erledigt worden sein. » <J’ai satisfait un nombre incalculable de demandes du genre. Dans ce cas précis, j’ai été très malade, pendant longtemps>, , ibid.. []
  6. Contrairement, justement, à Hausmann, Arp ou encore Huelsenbeck, qui confièrent cela à leurs épouses, compagnes ou proches. []
  7. « Du schickst auf Ausstellungen das, was DIR passt — auf die Dadaausstellungen Düsseldorf, Frankfurt, Amsterdam hast Du Sachen von mir geschickt, die nichts wert waren (siehe Portrait Felixmüller, den Dreck hätte ich längst zerrissen !!) und die Leute sagen, natürlich, Hausmann ist sehr schwach. Wenn überhaupt Jemand, so hast Du mir für meinen künstlerischen Ruf mehr geschadet als Andere — während ich NIEMALS etwas gegen Dich unternahm — und ich finde Deine Arbeiten oft epigonenhaft. », ibid.. []
  8. « Ich habe so viele Entscheidungen in dieser Sache fällen müssen — und wenn ich auch nur einmal eine getroffen hätte, die sich dann als falsch erwiesen hätte, so wäre Dir, wie hier in Berlin fast allen — auch nicht eine einzige Arbeit erhalten  ganz abgesehen davon, dass ich so immer unter äusserter Gefahr damit verbunden war. », ibid.. []
  9. Deux collages (dont Tatlin vit à la maison, depuis perdu), sa Tête mécanique ou l’esprit de notre temps, cinq huiles sur toile, cinq dessins de jeunesse et plusieurs journaux de 1915 à 1922 auquel il avait contribué. Voir : [66.151], [66.161] et [66.163]. []
  10. « Viele Stunden mit Hausmann Korrespondenz verbracht. Noch einiges festgestellt. Muss ihm wieder schreiben. Dieses Ungeheuer wird mich wohl bis zur letzten Stunde belasten. » [67.196]. []
  11. « Hausmanns Anti-Hannah-Höch-Reaktion », H. Richter, Begegnungen von Dada bis heute, op. cit., p. 22. Sur la même page, ajoute : « über Jahrzehnte hatte er auf Hannahs Namen mit jener Art diabolischen Haß reagiert » <Pendant des décennie, il réagit au nom d’Hannah avec une sorte de haine diabolique.>. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.