« L’affaire Monat-Roditi »

ACTE III – L’impossible pardon

Pendant ce temps, la colère d’Huelsenbeck ne tarit pas : dans ses deux réponses à Höch, rédigées les 19 et 20 décembre 1959, il souligne la gravité de la situation et se dit prêt à porter l’affaire en justice si aucune correction n’est prise en compte. Pour lui, c’est une grave atteinte à sa réputation : « Il s’agit d’une perte de prestige qui, dans ce monde étrange, a plus de valeur que l’argent1 », affirme-t-il. Cherchant à réaffirmer l’importance de son rôle dans le mouvement, il minimise l’apport d’Hausmann et critique vertement Roditi pour avoir oublié que Dada était avant tout un mouvement littéraire, et qu’il ne fallait pas vouloir le résumer à une « collection d’images2 » — quitte au passage à nier purement et simplement l’apport du photomontage. 

La « discussion » se poursuit l’année suivante, et ne s’adoucira qu’à partir de 1962. Le 29 janvier de cette année-là, Huelsenbeck envoie à Höch une lettre conciliante car il a besoin de ses archives pour une publication aux éditions Rohwolt. L’artiste, simultanément pressée par Hans Richter pour les mêmes raisons, confie son agacement dans son agenda : 

« 2.2. Reçu une lettre de réconciliation de la part de Richard Huelsenbeck. Naturellement, il veut quelque chose. Les documents dada pour un livre chez Rowolt.
3.2. Tel Hans Richter. Arrive demain de Munich. Veut faire un livre sur Dada. Veut photographies des documents et des travaux. Dormira ici. Le livre est pour DuMont-Schauberg. [Deux fois raturé :] Impression : Richard Huelsenbeck m’a écrit une lettre très réconciliatrice (affaire Monat-Roditi !). Doit faire son livre Dada pour Rowolt. Naturellement, il veut avoir du matériel.
4.2. Hans Richter arrive à midi. Travaillé jusqu’à tard dans la nuit. Analysé le matériel Dada. Veut faire une livre pour DuMont-Schauberg.
5.2. Encore travaillé le matin, jusqu’à 4h.
6.2. Richter a décollé à Tegel. […]
16.2. Vendredi : Hans Richter a écrit et dans le même sens. DuMont-Schauberg. (Tous veulent du matériel Dada — mais je ne donnerais rien3 ). » 

Début 1964, Huelsenbeck lui propose d’ « enterrer la hache de guerre4 » définitivement.  Höch lui répond très habilement le 18 février n’avoir aucune hache à enterrer, étant donné qu’elle n’est pour rien dans l’affaire. Lucide, elle remarque : 

« Tandis qu’à cette époque (1960) vos lettres, qui m’attaquaient lourdement, bourdonnaient de par le monde, j’ai naturellement dû m’interroger sur ce qui avait pu nous mener jusque là. Après avoir mûrement étudié la question, je dois me rendre à l’évidence que vous ne me mentionniez jamais dans aucune de vos nombreuses réflexions rétrospectives sur Dada. Vous m’aviez exclue. Je voyais cela comme étant votre droit, bien que cela me peine. J’acceptais également que le comportement d’Hausmann y était pour beaucoup5 ». 

Höch fait référence à l’autobiographie d’Huelsenbeck, parue deux ans avant « l’affaire Roditi » : Mit Witz, Licht und Grütze. Auf den Spuren des Dadaismus. En la lisant, elle avait été attristée de ne pas avoir du tout été mentionnée, pas même succinctement. Elle n’avait d’ailleurs pas caché sa déception dans sa réponse tardive : 

« C’est avec mauvaise conscience que je ne réponds que maintenant à votre lettre de novembre. J’ai malheureusement pris beaucoup de retard sur ma correspondance. À cela s’ajoute, dans notre cas, ma tristesse, je vous le dis ouvertement, de ne pas même avoir trouvé une seule mention de mon nom dans votre livre (au demeurant très bon) Mit Witz, Licht und Grütze. Après tout, je faisais alors partie des membres les plus actifs à Berlin, quand bien même ma personnalité était à cette époque fortement dépendante d’Hausmann6 . »  

Pour apaiser sa déception, Huelsenbeck lui avait répondu : 

« Oui, je suis également désolée d’avoir oublié de vous mentionner dans mon livre, mais je le ferais sans faute dès que j’en aurais l’occasion. Je vais sans nul doute écrire encore beaucoup de choses sur Dada. […] Dans mon livre, qui doit contenir une description individuelle de tous les artistes Dada, je vous consacrerais un chapitre particulier7 […]. »

L’accident était clos. Dans sa lettre suivante, datée du 28 avril 1958, Huelsenbeck lui demandait un bref écrit autobiographique afin de l’aider à préparer cet ouvrage : Höch rédigea immédiatement le texte demandé, et l’expédia le 16 juillet8 . Toutefois, le chapitre promis ne prit jamais forme, et Un aperçu de ma vie resta inédit jusqu’en 19899 — vraisemblablement à cause de « l’affaire » en question.

  1. Lettre de Richard Huelsenbeck à Hannah Höch du 19 décembre 1959 : « Es handelt sich um einen Prestigeverlust, der in dieser merkwürdigen Welt mehr Wert ist als Geld. », [59.86] []
  2. Lettre de Richard Huelsenbeck à Hannah Höch du 20 décembre 1959 : « Mit der Naivitaet eines Klippschuelers haelt er Dada fuer eine Bildersammlung. », <[Roditi], avec la naïveté d’un écolier, prend Dada pour une collection d’images.> [59.89] []
  3. Agenda de 1962 : « 2.2. Von Richard Huelsenbeck kam versöhnlicher Brief. Natürlich will er was. die Dada-Dokumente für ein Buch bei Rowolt. 3.2. […] Tel Hans Richter. Will morgen kommen, aus München. Will DADA-Buch machen. Will Dokumente und Arbeiten fotografieren. Wird hier schlafen. Buch für DuMont-Schauberg. Sensation : Richard Huelsenbeck schreibt mir ein versöhnlicher Brief. (Monats-Roditi-Sache !) Hat Buch Dada für Rowolt zu machen. Natürliche will er Material haben. 4.2. Mittags kam Hans Richter. Gearbeitet bis spät nachts. DADA-Dokumente durchgesehen. Will Buch machen für DuMont-Schauberg. 5.2. Vormittags weiter gearbeitet, bis 4 Uhr. […] 6.2. Hans Richter abgeflogen. In Tegel. […] 16.2. Freitag : Hans Richter schreibt und im selben Sinn. DuMont-Schauberg. (Wollen Material — aber ich will nichts geben) » [62.177]. []
  4. Lettre de Richard Huelsenbeck à Hannah Höch du 26 janvier 1964 : « Liebe Hanna Hoech, ich denke, wir sollten die Streitaxt begraben und wieder Freunde werden », <Chère Hanna Höch, je pense que nous devrions enterrer la hache de guerre et être de nouveau amis>, [64.14]. []
  5. Brouillon d’une lettre d’Hannah Höch à Huelsenbeck du 18 février 1964 : « Als damals (1960) Ihre Briefe in die Welt schwirrten, die mich ja heftig attackierten, habe ich natürlich darüber nachdenken müssen wie es dazu kommen konnte. Bei schonungslosen Vorgehen musste ich auf die Tatsache stossen, dass Sie mich in Ihren vielen Dada-Retrospectionen nie erwähnten. Mich ausgeschlossen hatten. Dies sah ich wohl als Ihr gutes Recht an wenn es mich auch schmerzte. Ich nahm an, dass wohl auch Hausmanns Verhalten daran bedeutenden Anteil hatte. », [64.210]. []
  6. Lettre d’Hannah Höch à Richard Huelsenbeck du 3 avril 1958 : « mit schlechtem Gewissen antworte ich nun endlich auf Ihren Brief von November. Ich bin leider sehr nachlässig im Briefschreiben. Dazu kam in diesem Fall, ich will es offen aussprechen, meine Betrübnis, das ich in Ihrem (übrigens sehr gutem) Buch Mit Witz, Licht und Grütze noch immer nicht mal meine Name erwähnt fand. Schliesslich gehörte ich ja zu den sich aktiv beteiligt habenden in Berlin, wenn auch zu dieser Zeit meine Persönlichkeit stark von Hausmann abhängig war. » [58.47] []

  7. Lettre de Richard Huelsenbeck  à Hannah Höch du 10 avril 1958 : « Ja, es tut mir auch leid, dass ich vergessen habe, Sie in meinem Buch zu erwähnen, aber ich werde es jetzt überall tun, wo ich Gelegenheit habe. Ich werde ja sicher noch viel über Dada schreiben. […] In dem neuen Buch, das eine individuelle Beschreibung alle Dada Künstler erhalten soll, werden Sie ein besonderes Kapitel erhalten. […] » [58.6]. []
  8. Agenda de 1958 : « 16.7. […] abgeschickt den Brief an Hülsenbeck mit Lebensüberblick »  < 16 juillet : envoyée lettre à Huelsenbeck avec note biographique>, [58.144]. []
  9. E. Moortgat, C. Thater-Schulz et A. Schulz, Hannah Höch, 1889-1978: ihr Werk, ihr Leben, ihre Freunde: Berlinische Galerie, Museum für Moderne Kunst, Photographie und Architektur im Martin-Gropius-Bau, Museumspädagogischer Dienst Berlin, < Hannah Höch, 1889-1978 : son oeuvre, sa vie, ses amis>, Berlin, Argon : Berlinische Galerie, 1989 (Gegenwart Museum 8), p.199. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.