« L’affaire Monat-Roditi »

ACTE II – L’intervention forcée d’Hans Arp

En l’absence d’erratum paru dans la revue, l’affaire s’envenime rapidement : Beate demande à Hans Arp d’intercéder, et l’artiste obtempère le 6 janvier 1960 : 

« Si je m’étais laissé influencer par toutes les querelles, médisances et la vulnérabilité des dadaïstes les uns envers les autres, cela aurait gâté tout le plaisir de Dada. Toutefois, comme je ne veux me mettre aucun dadaïste à dos à cause de ces mesquineries internes, je dois peut-être me permettre de vous suggérer de faire dès à présent rectifier l’erreur quelque part dans Der Monat […]1 »

Ces quelques phrases montrent que Arp a bien conscience de la nature de la querelle. D’autant plus que, par ailleurs, Höch et lui viennent de renouer amitié. En contact depuis décembre 1952, tous deux entretiennent à l’époque une amitié artistique sincère. En 1954, Arp avait intercédé auprès de l’administration allemande pour permettre à Höch de percevoir une aide financière de l’état (une forme de pension de retraite pour artistes2 ). Bien qu’elle ait ensuite essentiellement échangé avec Marguerite Hagenbach, Hans et elle venaient, au moment où éclate « l’affaire Roditi », de se retrouver pour la première fois à l’occasion d’un séjour à Paris auquel Höch avait été invitée par son galeriste Rudolf Springer3 . Ils se revirent ensuite encore une fois à Meudon en mai 1963.

Sur le conseil d’Hans Arp, donc, Höch prévient la rédaction de Der Monat de l’erreur afin qu’un correctif paraisse4 . 

  1. Lettre d’Hans Arp à Hannah Höch du 6 janvier 1960 : « Wenn ich mich durch alle Schimpfereien, Verleumdungen, Empfundlichkeit der Dadaisten, des eine gegen den anderen, hätte beeinflussen lassen, so wäre mir die ganze Freuden an Dada vergällt worden. Da ich nun mit keinem der Dadaisten, trotz ihrer Zänkereien untereinander, verfeindet bin, darf ich mir vielleicht erlauben, Sie zu bitten, womöglich schon jetzt im « Monat » die Irrtümer berichtigen zu lassen […] » [60.6] []
  2. « Madame Hannah Höch a, depuis que j’ai fait sa rencontre dans les années 1920, toujours beaucoup accompli pour la considération de la civilisation et de la culture allemandes. Son travail artistique actuel est également très prisé dans d’importants cercles artistiques en Amérique, en France et en Suisse. Je serai personnellement très heureux que sa demande aboutisse. » [54.52] []
  3. Leurs retrouvailles ont lieu quelques mois après le remariage d’Hans Arp avec Marguerite Hagenbach-Arp. Le 22 novembre, le galeriste Rudolf Springer propose à Höch de voyager en sa compagnie en direction de Paris. En chemin, ils s’arrêtent à Essen pour le vernissage d’une exposition d’Arp, justement. Höch rapporte dans son carnet de voyage :« J’ai vu Arp de suite. C’est quelque chose d’extrêmement rare que j’ai d’abord remarqué — ça a toujours été quelque chose d’extrêmement rare que j’ai d’abord vu chez lui. Le Dr. Köhn lu le travail de Arp. Très beau. Un poète s’exprimant sur l’art — il le fait avec le vocabulaire le plus noble, et avec la plus exceptionnelle sensibilité. S’est-il réjoui de me revoir ? Je le crois bien — un peu. Les expériences communes vécues ensemble jadis sont plus ensevelies chez lui que chez moi — l’on doit éveiller quelques souvenirs pour provoquer quelques résonances. Je dois lui téléphoner à Paris mardi. Il viendra alors m’y chercher pour m’amener à Meudon. Je m’en réjouis. De voir son travail et sa manière de vivre. Marguerite Hagenbach-Arp est telle que je l’avais imaginée, peut-être encore plus douce… ». Le 3 décembre 1959, Höch dîne chez les Arp en compagnie de Michel Seuphor et sa femme, ainsi que de Nelly van Doeburg. []
  4. Brouillon d’une lettre d’Hannah Höch à la rédaction de Der Monat de janvier 1960  [60.141]. Höch y signale l’erreur et propose une solution, sans pointer de coupable. Dans un autre brouillon du 27 janvier, rédigé suite à un entretien téléphonique avec la rédaction, elle prépare un courrier comprenant en pièce jointe le texte qu’elle aimerait ajouter [60.138]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.