« L’affaire Monat-Roditi »

ACTE I – La réaction de Richard et Beate Huelsenbeck, acte de naissance de « l’affaire Roditi »

La réaction d’Huelsenbeck à l’entretien de Höch ne se fit pas attendre. S’apercevant que son mari n’est pas mentionné, Beate Huelsenbeck envoie à Höch une missive incendiaire le 10 décembre 1959, qui s’ouvre sur ces mots : « Oui, ma chère, vous auriez pu vous épargner cela. Vous n’en retirez aucune gloire1 […] ». Elle qualifie l’absence de mention de son mari « d’injustice » et de « coup de poignard dans le dos2 ». Le lendemain, Richard enchérit en demandant à Höch d’envoyer incessamment un correctif à Der Monat. Le 14 décembre 1959, Höch rédige une réponse dans laquelle elle tente d’arrondir les angles en expliquant le processus de l’interview : Roditi aurait tout retranscrit de mémoire, et elle n’aurait rien eu à redire sur la version définitive3 . Il aurait d’ailleurs d’abord retraduit le texte en anglais avant de le faire paraître en allemand : autant de manipulations linguistiques qui éloignent le texte finalement paru des propos initialement tenus. De plus, ajoute-t-elle, la discussion portait bien sur les plasticiens, et non les écrivains du mouvement. Toutefois, elle affirme avoir immédiatement demandé au critique d’ajouter dans les versions suivantes une phrase précisant que c’est bien Huelsenbeck qui apporta les idées dadaïstes de Zürich en Allemagne. 

 

  1. Lettre de Beate Huelsenbeck à Hannah Höch du 10 décembre 1959 : « Ja, meine Liebe, das haetten Sie sich sparen sollen. Es ist kein Ruhmesblatt fuer Ihren Charakter so zu tun […] » [59.82]. []
  2. Ibid. : « Ich zerbreche mier hier den Kopf, was Sie woll veranlasst haben kann, diese unfairness zu begehen, diesen Dolchstoss in den Ruecken […] ». []
  3. Deux documents témoignent pourtant des corrections apportées par l’artiste au texte ([59.186] et [59.187]), mais la majorité de ses remarques n’a finalement pas été prise en compte dans les versions finales, parfois pour des raisons de délai d’impression. Dans une lettre du 18 novembre 1959 [59.122], soit avant le début l’ « affaire Roditi » et après la première publication de l’entretien dans Der Monat, Höch insiste auprès du journaliste pour que les modifications qu’elle a demandées soient prises en compte, car elles lui paraissent capitales pour la cohérence de son propos. Elle souligne notamment une erreur concernant le Dr. Otto Burchardt, qu’elle a déjà signalée à Der Monat. Roditi lui répond le 26 novembre avoir réceptionné sa demande trop tard, le texte étant déjà envoyé pour son impression dans Arts [59.78]. Ces erreurs persistent donc, avec de nombreuses autres dans la version anglaise. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.