« L’affaire Monat-Roditi »

Les éditions Allia ont annoncé la publication prochaine de l’entretien accordé par Hannah Höch au journaliste et critique d’art Édouard Roditi en 1959, inédit en français — sans doute l’un des entretiens les plus connus de l’artiste, avec celui de Suzanne Pagé paru en 1976. Très diffusé, il contribua à accroître la visibilité de Höch au sortir de la Seconde Guerre mondiale : elle, la discrète « fourmi parmi les cigales1 », mais aussi l’une des principales prêteuses de matériel et d’œuvres dadaïstes lors de l’exposition-phare « Dada. Dokumente einer Bewegung » (<Dada. Documents d’un mouvement>) qui avait eu lieu l’année précédente à la Kunsthalle de Düsseldorf — entre autres2 .

A la publication de cet entretien en 1959, Höch reçu une véritable volée de bois vert de la part de ses anciens camarades dadaïstes. Dans le cadre de mes recherches de thèse, j’ai eu l’occasion de me pencher sur cette « affaire Roditi », qui s’étend de 1959 à 1964 et témoigne du contrôle exercé par les anciens dadaïstes sur le discours relatif au mouvement, à l’époque où Dada attire l’attention des historiens, des critiques d’art et des musées. A l’occasion de sa publication prochaine, je vous propose un aperçu du contexte de publication et de la réception de ce fameux entretien, extrait du premier chapitre de ma thèse, récemment achevé.

L’objet de la discorde — Der Monat du mois de novembre 1959, n°134.

Contexte : un entretien estival

Liselotte et Armin Orgel-Köhne, Hannah Höch im Blumenmeer in ihrem Garten [Hannah Höch dans la mer de fleurs de son jardin] et Zwischen Mohn und Margeriten [Entre coquelicots et marguerites], 1971, Musée de Reinickendorf, Berlin [Inv. SammOrgelKöhneHöch8 Et 9].

Edouard Roditi rend visite à Hannah Höch à Heiligensee par une journée « atrocement chaud[e3 ] » de juillet 1959. L’agenda de l’artiste nous apprend que le critique lui avait auparavant déjà rendu plusieurs visites, dont la première vraisemblablement le 24 juin ; à chacune d’elles, Höch avait noté quelques remarques sur sa personne. Ce jour-là, elle retient que « R. a écrit sur Chagall dans Der Monat. Il connaît tout, il sait tout. Il veut écrire à mon sujet4 ». Puis, le 29 juin, le photographe Herbert List était venu réaliser prises de vue pour l’ouvrage que Roditi prévoyait d’éditer à partir des entretiens d’artistes qu’il avait menés ces dernières années5

Car en effet, dès le départ, le critique à de grandes ambitions pour la diffusion de cet entretien : il désire le faire paraître d’abord dans une revue allemande, Der Monat, puis dans la revue américaine Arts Magazine, et enfin dans un recueil édité en allemand et en anglais6 . Toutes ces publications auront lieu : dans une lettre envoyée à Höch le 1er octobre 1959, Roditi lui confirme que l’interview sera bien publiée dans le numéro de novembre de Der Monat et, grâce au concours de Hans Richter, dans l’Arts Magazine du mois de décembre, accompagné de 14 photographies. Ces deux versions du texte seront inclues aux recueils parus en langues allemande et anglaise en 1960. Dans cette lettre, Roditi estime le nombre de lecteurs potentiels à 100 000, et met Höch en garde : « il se pourrait maintenant que de nombreux directeurs de musée et collectionneurs américains fassent leur apparition7 ». Dans une certaine mesure, il ne se trompe pas : au cours des deux décennies suivantes, Höch reçoit régulièrement, dans sa maison d’Heiligensee, des historiens de l’art, artistes et conservateurs allemands, français et américains curieux de son oeuvre Dada. L’entretien fut en tous cas largement lu par les anciens dadaïstes, alors très préoccupés de leur réception face à l’attention portée au mouvement par le monde de l’art. 

  1. H. Richter, Dada — art et anti-art, Paris, Les belles lettres, 2016 (Le goût des idées), p. 124. []
  2. D’après notre comptage, réalisé à partir de l’index des archives Hannah Höch (Lebenscollage), ce sont près de 700 documents concernant les années 1915 à 1922 qui sont conservés par l’artiste. Lorsque les dadaïstes « vieillissants » et les commissaires d’exposition s’y intéressent après-guerre, Höch se retrouve à la fois très sollicitée et peu reconnue. []
  3. Agenda de 1958 : « Zwischen 3 u. 4 Uhr kommt Roditi. War hier. Es war fürchterlich heiss. », <Roditi vient entre 3 et 4h. Est venu. Il faisait atrocement chaud> [58.181] []
  4. Agenda de 1958 : « 24.6. […] – R. hat den Aufsatz im Monat über Chagall geschrieben. Kennt alles, weiss alles. Will über mich schreiben. » [58.181] []
  5. Agenda de 1958 : « 29.6. […] Fotograph hat von mir Aufnahmen gemacht für das Buch von Roditi. Fotograf Herbert List. », <29 juin : […] le photographe m’a prise en photo pour le livre de Roditi. Photogrpahe : Herbert List> [58.181] []
  6. Lettre d’Edouard Roditi à Hannah Höch du 9 août 1959 [59.31]. Toutes les publications envisagées auront d’ailleurs lieu, l’entretien paraissant d’abord en allemand dans Der Monat (n°134, novembre 1959), puis l’année suivante dans son recueil Dialogue über Kunst (chez Insel-Verlag, Wiesbaden, 1960). A ces deux parutions correspondent des versions anglaises : la première dans Arts Magazine (vol. 34, n°3, décembre 1959), la seconde dans Dialogues. Conversations with european Artists at Mid-Century (publié une première fois en 1960 puis réédité en 1990 chez Lund Humphries, Londres). []
  7. Lettre Lettre d’Edouard Roditi à Hannah Höch du 1er octobre : « Es kann jetzt vorkommen dass viele Museumsdirektoren und Sammler aus USA bei Ihnen auftauchen. » [59.40]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.