Käthe Kollwitz, Hannah Höch, Alice Lex-Nerlinger : trois nuances d’engagement

Ma réflexion est incomplète en l’état. Il lui manque notamment l’inventivité des recherches menées en littérature, qui ont permis de dégager plusieurs engagements et de les nommer, parfois même en rejetant ce mot au profit du qualificatif de « préoccupé » ou « impliqué ». Il lui manque également la distinction sociologique, pour laquelle l’engagement d’un artiste dans son activité participe de la distinction de statut entre l’amateur et le professionnel ; des réflexions qui, il me semble, gagneraient à être mises en relation avec notre dernier point, la question du statut de l’artiste femme professionnelle n’étant dans l’entre-deux-guerres certainement pas étrangère aux choix esthétiques, plastiques et techniques que ces femmes opérèrent. Il manque, surtout, tout un tas de distinctions conceptuelles dont la mise en perspective historique relative à notre sujet se serait accaparé les minutes imparties. J’espère toutefois avoir pu contribuer par ces réflexions minutées à mettre en lumière à la fois quelques unes des problématiques inhérentes au sujet et tout l’enjeu qu’il y a à traiter cette question de manière autonome, à défaut d’être parvenue à en proposer un système infaillible. J’espère également que notre discussion pourra éclairer les zones d’ombre qui demeurent, et vous remercie pour votre attention.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.