Käthe Kollwitz, Hannah Höch, Alice Lex-Nerlinger : trois nuances d’engagement

Du choix du médium

Cela me permet d’aborder le dernier point relatif à l’engagement de ces artistes, que j’aimerais souligner : celui du choix du procédé artistique employé. Pour Lex, ce choix est éminemment politique, et les années 1920 représentent une période d’intenses réflexions en la matière. Entourée, au sortir de la guerre, par les dadaïstes, les sécessionnistes, les constructivistes, etc., elle prend la mesure de la portée politique de la technique employée. C’est pourquoi elle aura brièvement recours à la photographie et au photomontage : dans un article qu’elle publie en 1959 dans la seule revue d’art de la RDA, Bildende Kunst, elle revient sur « l’expression d’une volonté révolutionnaire » que permet cette technique. Pourtant, elle l’abandonnera, ainsi que la photographie qu’elle ne pratiquera plus à partir de 1930 en raison  vraisemblablement des critiques qui s’élèvent à son encontre de célébrer la superficialité d’un monde capitaliste et bourgeois. Sa technique de prédilection demeure donc l’aérographe, qui consiste en la pulvérisation de peinture à la caséine (développée par son mari, et qui peut aussi avoir des utilisations dans l’industrie) et nécessite l’emploi de patrons afin d’obtenir des contours nets — ce qui explique l’allure pictogrammatique de ses figures. La position d’Hannah Höch envers le photomontage est légèrement différente, tout d’abord parce que son choix pour ce médium ne suppose pas le rejet de la peinture traditionnelle, mais également parce que, consciente d’employer une technique issue des arts appliqués, l’artiste aura pour ambition dès ses débuts de faire entrer la technique au rang des beaux-arts, en démontrant l’inventivité plastique et formelle qu’elle permet. Cependant, dans l’écosystème des procédés artistiques höchiens, le photomontage est un lieu de création et de fantaisie sans tradition, qui lui permet une plus grande inventivité formelle qu’en peinture. Enfin, l’on sait que le choix de la gravure, pour Kollwitz, n’est pas non plus anodin, elle que son père imaginait devenir peintre d’histoire, statut auquel sa formation même lui barra l’accès. Sa décision d’abandonner la peinture et de se consacrer à la gravure en noir et blanc est une prise de position forte au regard de la hiérarchie des arts et des genres, et qui me semble correspondre à une nouvelle position de l’artiste au sein de sa discipline d’une part, mais également face à l’Histoire d’autre part, cette dernière ne pouvant plus, au XXème siècle, s’exprimer dans de grandes oeuvres exaltant de manière univoque l’héroïsme des vainqueurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.