Käthe Kollwitz, Hannah Höch, Alice Lex-Nerlinger : trois nuances d’engagement

Je devais intervenir, ce vendredi 13 décembre 2019, dans le cadre du colloque « Regards sur Käthe Kollwitz ». Malheureusement, les grèves m’en empêchèrent. Voici la version écrite de l’exposé oral que je comptais faire. La section des commentaires ne remplacera pas la discussion qui s’en serait suivie, mais elle y tendra avec votre concours.

« Nous sommes embarqués » : de l’inévitabilité de l’engagement par temps de crise

Dans l’ouvrage qu’ils dirigèrent en 2009 aux Presses universitaires de Laval, intitulé Weimar ou l’hyperinflation du sens, Martine Béland et Myrtô Dutrisac mirent en avant la globalité de la crise qui caractérise la République de Weimar, en permis l’émergence tout en en précipitant l’échec. Crise de la modernité classique, comme l’analysait en 1995 l’historien Detlev Peukert, crise politique, sociale, économique, éthique, artistique… les différentes contributions rassemblées par les chercheurs montrent l’aporie, la panique, dans laquelle le « déchaînement de l’économie du sens », traduite par l’idée d’hyperinflation du titre, plonge une société caractérisée par l’effondrement de l’idéologie (comprise en tant que « principe structurant la distribution et la circulation du sens dans une société1  »). 

Le point de départ de notre réflexion, le grand photomontage d’Hannah Höch exposé lors de la Première Foire internationale Dada à Berlin en 1920, Coupe au couteau de cuisine (ill.1), semble offrir une représentation visuelle du « régime intellectuel » weimarien théorisé par Béland et Dutrisac. Cette oeuvre, monumentale tant par ses dimensions, exceptionnelles pour un photomontage dadaïste, que par l’ampleur des références que suggèrent les quelques 130 fragments de journaux illustrés qui la composent, apparaît dès le premier regard comme fortement engagée dans son époque. Par son matériau même tout d’abord, prélevé dans les journaux illustrés strictement contemporains, majoritairement les numéros du Berliner Illustrirte Zeitung parus entre 1918 et 19202 . Faisant ainsi directement référence à son époque, ce photomontage correspond à la définition du « grand art » donnée par Huelsenbeck la même année dans l’Almanach Dada : « Le plus grand art sera celui qui présentera par son contenu de conscience les multiples problèmes de son époque, celui qui fera ressentir qu’il a été secoué par les explosions de la semaine précédente, celui qui, inlassablement, cherchera à se retrouver après l’ébranlement du jour précédent3 . ». Engagé dans son temps, ce photomontage l’est également par sa structure (ou sa composition) ainsi que le mode de lecture (d’observation) qui en découle. Il compte sur la célébrité des personnes représentées, dans le sens où l’analyse Nathalie Heinich4 , pour assurer leur identification par le regardeur, qui se doit d’être au fait de l’actualité pour comprendre les multiples saynètes qui le composent. Guillaume II préside le coin du « mouvement anti-dadaïste », tel qu’est dénommé l’angle supérieur droit du photomontage. Il s’oppose à Albert Einstein dont la tête est devenue « dada », comme le mentionne l’inscription qui l’accompagne et comme le suggère l’agglomérat d’éléments disparates qui évoque la Tête mécanique ou l’esprit de notre temps de Raoul Hausmann (ill.2). À ces deux figures tutélaires répondent, dans la partie inférieure de l’oeuvre, d’un côté des photographies de foule, de l’autre, des portraits des dadaïstes berlinois.

Face à ce capharnaüm, l’on comprend aisément que les premières réflexions sur l’engagement de l’artiste, écrivain tout d’abord, aient vu le jour dans les années 20. Mais dans un second temps, une autre évidence saute aux yeux : l’engagement est une notion historique — c’est pourquoi l’Histoire s’invite toujours subrepticement, et souvent sans s’annoncer, dans tous discours sur l’engagement. Du développement sartrien de cette notion qui, entre Höch et nous, en a indubitablement infléchi la perception, peut-être pouvons nous d’emblée retenir la position existentialiste : comme Sartre le dit souvent, et notamment dans sa réponse à Albert Camus en 1952, « Nous sommes embarqués ». En d’autres termes et pour paraphraser la métaphore qu’il en donne, si nous pensions « que l’Histoire est une piscine pleine de boue et de sang », alors évidemment, la question de l’engagement se poserait, et nous y regarderions « à deux fois avant d’y plonger ». Mais si nous sommes d’emblée dedans et qu’il est impossible d’en sortir, parce que « l’Histoire n’est que l’activité de l’homme poursuivant ses propres fins », les formes de notre engagement (politique, social) et même de notre désengagement se diversifient. L’engagement apparaît alors d’abord comme une nécessité paradoxale de la condition humaine5 .

  1. Martine Béland et Myrtô Dutrisac, Weimar ou l’hyperinflation du sens. Portraits et exils, Les Presses de l’Université de Laval, « Pensée allemande et européenne », Laval, 2009, p.8 (pour les propos qui précèdent, voir l’introduction, p.8-18). []
  2. Mais également Zeit im Bild, ainsi que, pour les éléments mécaniques, un catalogue de vente. Pour le détail des sources, voir notamment : Hanne Bergius, Montage und Metamechanik, Dada Berlin Artistik von Polaritäten, Gebr. Mann Verlag, Berlin, 2000 et Jula Dech, Hannah Höch, Schnitt mit dem Küchemesser Dada — Spiegel einer Bierbauchkultur, Fischer, « kunst stück », 1989. []
  3. Richard Huelsenbeck., « Que voulait l’expressionnisme ? », Almanach Dada, Paris, Les presses du réel, 2005, p.194-195. []
  4. C’est-à-dire comme, « d’abord, une production matérielle des instruments de diffusion de l’image », qui engendre une dissymétrie du « capital de visibilité », permise par la monopolisation des moyens techniques d’impression et la diffusion du visage de la personne qui en résulte. Cf. Nathalie Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences humaines », 2012, p.20. Le premier chapitre s’intitule significativement « Le visage à l’époque de sa reproductibilité technique ». []
  5. Jean-Paul Sartre, « Réponse à Albert Camus » in Situations, IV, nrf/Gallimard, p.127-171. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.