Hannah Höch, révolutionnaire de l’art… d’après 1945 ? — Une exposition proposée par la Kunsthalle de Mannheim

Höch intime

Au fil des salles, le visiteur découvre donc cent cinquante oeuvres, peintures, dessins, collages ou photomontages, plus ou moins emblématiques de la période et de la carrière de l’artiste (la plus importante étant sans doute rapidement dévoilée : la Lebensbild devant la richesse de laquelle de nombreux regardeurs passent sans la saisir…), mais qui ont pour mérite de mettre en lumière des oeuvres moins connues : je pense notamment à ses passionnantes miniatures et à d’autres oeuvres graphiques (dont certaines, exposées de septembre à novembre 2013 à la Galerie Remmert und Barth de Düsseldorf, appartiennent désormais à un [des ?] collectionneur[s] privé[s]). Au sortir de l’exposition, on conserve un temps la sensation douce et intime d’avoir pu pénétrer l’univers psychologique et la personnalité d’une artiste que nous ne rencontrerons jamais, d’avoir expérimenté son vécu et ses réactions à la réalité en reconstruction d’après 1945 (par ses passages vers l’abstraction, notamment), mais aussi à la vieillesse qui s’installe dans son repli d’Heiligensee — en 1949, l’artiste fête ses soixante ans. Son rapport, par ses recherches picturale et personnelle, à la féminité, ainsi que son délicat sens de l’ironie perceptible dans un humour nourri d’appositions picturales et de trouvailles langagières subtiles (ce qui correspond aux parties « Haute école de l’ironie » et « Couples, mères, femmes de luxe » de la salle trois) nous ont notamment permis d’appréhender une personnalité dont l’audace réside dans son inébranlable fidélité à elle-même. Durant la période nazie, l’artiste ne fuit pas, conserve son poste d’observatrice, enterre les oeuvres de ses amis dadaïstes et, après-guerre, lors de la redécouverte du mouvement, accueille les artistes, critiques et historiens de l’art curieux de son parcours avec ce qui semble être une continuelle bienveillance. Finalement, elle ne déroge pas aux propos tenus dans le catalogue de son exposition monographie de La Hague, en 1929, ainsi qu’à Suzanne Pagé :

« Je veux aussi montrer qu’il y a des millions et des millions d’autres points de vue justifiables, hormis le vôtre et le mien. Aujourd’hui, je représenterais le monde du point de vue d’une fourmi et demain, tel que la lune le voit, peut-être, et ensuite à la manière dont de nombreuses autres créatures pourraient l’appréhender. Je suis un être humain, mais par la force de mon imagination — aussi limitée soit-elle — je peux être un pont. J’aimerais faire apparaître l’impossible comme possible ; j’aimerais permettre aux gens de faire l’expérience d’un monde plus riche, de manière à les rendre plus cléments envers le monde que nous connaissons »1

« Je suis un être introverti, mais mon vigoureux intérêt pour tout ce qui se passe, pendant mon laps de temps dans ce monde, m’amène […] à participer à tout ce qui me semble important »2

Objectif manqué

Cependant, je ne peux m’empêcher de poser la question : qu’y a-t-il de révolutionnaire à cela ? En quoi le titre de l’exposition se justifie-t-il, en quoi les commissaires ont-elles été fidèles à l’approche qu’elles déclaraient avoir ? Au regard de la seule exposition à proprement parler et du propos élaboré dans son livret-guide, ma réponse est sans doute « non ». Tout d’abord parce que, si l’exposition doit permettre de faire état de la recherche actuelle en la matière, on peut en conclure que de nombreuses études sont encore à mener. Les différentes thématiques choisies sont en effet exposées, mais pas expliquées ; pas un mot sur le rôle, l’importance ou la fréquence des voyages qui inspirent à Hannah Höch ses oeuvres (sont-ce des impressions réalisées pendant son séjour ou bien rapportées une fois rentrée, ou encore des souvenirs mis en forme longtemps après sa visite des lieux représentés ?) ; ni sur les motivations de son intérêt pour l’imagerie folklorique allemande ; ni sur la reprise des thématiques féminines après-guerre et ses potentielles raisons ; ni, finalement, sur sa vie, sur son activité artistique d’alors (la manière dont celle-ci demeure vivace, l’artiste exposant régulièrement ou étant souvent occupée à gérer les prêts de sa collection personnelle, mais aussi ses expositions régulières — dès 1946 dans son quartier — etc) ; aucune mise en perspective sur ses travaux picturaux les plus intrigants (pourquoi illustrer la théorie aristotélicienne des quatre tempéraments en 1954 ?) ; mais, surtout, aucune comparaison avec le contexte artistique de l’époque qui pourrait justifier une position particulière, voire révolutionnaire, de l’artiste par rapport à ce qu’elle voit, entend, à ce qui se fait et se crée continuellement autour d’elle ; aucune mise en perspective de son impact après-guerre, alors que de nombreux artistes, critiques et historiens d’art lui rendent visite à Heiligensee : j’ai visité l’exposition pour la première fois le 19 juillet, soit exactement 50 ans après la rencontre de Höch avec Nam June Paik et de Charlotte Moorman, membres du mouvement néo-dadaïste Fluxus, et pas un mot à ce sujet…

L’exposition n’en reste pas moins un must-see, tant pour les oeuvres qu’elle montre que par l’engouement pour l’artiste dont elle témoigne — une virée dans une forêt de höchs est toujours riche d’enseignements pour qui s’adonne à une observation patiente et attentive. Et cela tombe bien, car elle voyagera en septembre au Kunstmusem Müllheim an der Ruhr, et ce jusqu’au 8 janvier 2017.

  1. Avant-propos du catalogue de la Kunstzaal de Bron, exposition monographie à la Hague, 1929 (traduction personnelle à partir de l’allemand). []
  2. Suzanne Pagé, « Interview avec Hannah Höch » in Hannah Höch : collages, peintures, aquarelles, gouaches, dessins, cat. exp. du Musée d’art moderne de la ville de Paris (30 janvier — 7 mars 1976) et de la Nationalgalerie Berlin (Staatliche Museen Preußischer Kulturbesitz, 24 mars — 9 mai 1976), éd. Gebr. Mann, Berlin, 1976, pp.23-32, p.23. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *