Hannah Höch, révolutionnaire de l’art… d’après 1945 ? — Une exposition proposée par la Kunsthalle de Mannheim

entrée expo
Où, quoi, qui ?

Inge Herold et Karoline Hille, commissaires de l’exposition « Hannah Höch, Revolutionärin der Kunst » entendent, à l’occasion du 100ème anniversaire de DADA, réparer « une erreur »1 — la focalisation sur la période dadaïste de l’artiste, qui perdure depuis sa redécouverte au lendemain du second conflit mondial2 . Tandis que la majorité des expositions muséales jusqu’à ce jour consacrées à Hannah Höch privilégia une approche diachronique de son oeuvre, proposant soit une vision d’ensemble de sa création artistique, dans la pluralité des techniques employées3 , soit concentrant sa réflexion sur les photomontages4 considérés comme son medium de prédilection5 , la Mannheimer Kunsthalle fait état d’une partie longtemps occultée de sa carrière, l’oeuvre d’après 1945. Un pari audacieux, tant par ses partis-pris muséographiques qu’eu égard à l’état de la recherche académique en la matière, qui a pour mérite de susciter la curiosité du visiteur pour la complexité d’une carrière artistique, mais peine cependant à relier la « Grande Dame DADA » à ses facettes les plus révolutionnaires, malgré la promesse de son titre.

Après avoir publié, en 1994, une thèse sur l’histoire de la Kunsthalle de Mannheim sous la République de Weimar6 , Karoline Hille s’est spécialisée sur la période de l’entre-deux guerres, tout en s’intéressant particulièrement au sort des artistes femmes, comme en témoignent ses ouvrages les plus récents7 . Sur Hannah Höch, on lui doit deux approfondissements de sa création des années vingt ; une analyse précise et circonstanciée de sa relation avec Raoul Hausmann (qui, malheureusement, ne cite pas assez ses sources, pourtant directement puisées d’une lecture des archives Hannah Höch conservées à la Berlinische Galerie), Hannah Höch und Raoul Hausmann : Eine berliner Dada-Geschichte, publié en 2000 aux éditions Rowohlt (Berlin), et son récent Hannah Höch. Die Zwanziger Jahre. Kunst. Liebe. Freundschaft (mieux documenté), publié l’an passé aux éditions Braus (Berlin). Avec la Kunsthalle de Mannheim, elle conserve des liens géographiques et académiques étroits : résidant à Ludwigshafen am Rhein, quartier de la ville situé de l’autre côté du Rhin, il lui suffit tout d’abord de traverser le fleuve pour s’y rendre et, d’autre part, elle participa aux côtés d’Inge Herold à la rédaction d’un épais catalogue autour des chef-d’oeuvres conservés par le musée. Cette dernière qui, quant à elle, soutient en 1991 une thèse à l’Université d’Heidelberg sur le peintre allemand Georg Meistermann (Solingen, 1911-1990, Cologne), est actuellement conservatrice et commissaire d’exposition à la Kunsthalle, sous la direction de Ulrike Lorenz (à laquelle on doit, entre autres, plusieurs ouvrages sur Otto Dix). En somme, une exposition sur une artiste femme, présentée par des femmes (également majoritaires au catalogue) — une configuration qui ne prête nullement flanc à la critique, mais mérite cependant d’être soulignée comme tout à fait habituelle.

 

  1. Selon Susanne Kaufmann pour Kultur Info sur SWR2, « Hannah Höchs Retrospektive in Mannheim : Revolutionärin der Kunst », le 22.4.2016. (http://www.swr.de/swr2/kultur-info/hannah-hoech-mannheim/-/id=9597116/did=17316396/nid=9597116/1gk3p1t/index.html) []
  2. Hannah Höch recevra, dans la dernière partie de sa vie, de nombreuses visites d’artistes (notamment Fluxus) et d’historiens de l’art. Sa collection d’oeuvres dadaïstes, rassemblée au contact de ses amis d’alors et conservée dans un coffre enterré dans son jardin durant la Seconde Guerre mondiale, sera également largement requise dans les expositions qui marquent l’entrée de Dada dans le paysage muséal de l’après-guerre. En témoignent les pièces autographes de ses archives (voir Eine Lebenscollage, Band III (1946-1978). Dokumente und Materialen aus dem Leben der Künstlerin, édité par les Künstler-Archiven de la Berlinische Galerie, Berlin, 2001 (LC III). Sur sa réception, voir notamment Ellen Maurer, Hannah Höch, jenseits fester Grenzen : das malerische Werk bis 1945, éd. Gebr. Mann, Berlin, 1995. []
  3. Citons notamment Hannah Höch : Fotomontage und Gemälde à la Kunsthalle de Bielefeld en 1973, Hannah Höch : collages, peintures, aquarelles, gouaches, dessins en 1976 au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris puis à la Nationalgalerie de Berlin, Hannah Höch : Fotomontagen, Gemälde, Aquarelle à la Kunsthalle de Tübingen quatre années plus tard, ou encore Hannah Höch 1889-1978 : Ihr Werk, ihr Leben, ihre Freunde à la Berlinische Galerie en 1989, suivie par l’exposition du musée de sa ville natale en 1993 sobrement intitulée Hannah Höch : Gotha 1889-1978 Berlin ou, plus récemment, celle du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia de Madrid en 2004. []
  4. Et ce dès 1971 avec Hannah Höch : Collagen aus den Jahren 1916-1971 à l’Académie des Beaux-Arts de Berlin, dont le découpage chronologique recouvre alors sa carrière entière, puis Collages : Hannah Höch 1889-1978 à l’Institüt dür Auslandsbeziehungen de Stuttgart en 1985, The Photomontages of Hannah Höch qui se tint outre-atlantique au Minneapolis Walker Art Center en 1996 ou enfin, plus récemment, la rétrospective Hannah Höch à la Whitechapel Gallery de Londres, dont l’objectif était d’ « [illustrer] sa contribution au développement du collage et du photomontage, ainsi qu’à celui de la modernité elle-même » (Iwona Blazwick, « Introduction. Les beautés du hasard : Hannah Höch (1889-1978) » in Hannah Höch, p.5) et Hannah Höch : Aller Anfang ist Dada ! qui, à la Berlinische Galerie en 2007 puis au Musée Tinguely de Bâle l’année suivante, présentant, sous le commissariat de Ralf Burmeister, directeur des archives de l’archive au musée berlinois, « l’oeuvre d’Hannah Höch sous différents angles thématiques rendant évidente la manière dont l’artiste exerça sa vie durant une pensée collagiste typiquement dadaïste et une pratique sans borne esthétique — par delà tous les ismes » (Jörn Mekert et Ralf Burmeister, « Avant-propos » in Hannah Höch : Aller Anfang ist Dada, p.7). []
  5. Pour justifier l’originalité des photomontages de l’artiste face aux emprunts stylistiques qui nourrissent son oeuvre peinte ou dessinée, Peter Boswell commente : « En présence d’une tradition bien établie à laquelle se référer, elle avait tendance à accepter les conventions, en matière de sujet comme de style, établies par d’autres, qu’il s’agisse des traditions centenaires de la peinture romantique du Nord ou des innovations stylistiques modernes de ses contemporains » (« When there was an established tradition to respond to, her tendency was to accept conventions of subject and style set by others, whether these were the centuries-old traditions of Northern romantic painting or the modern stylistic innovations of her contemporaries »), in Peter Boswell, « Hannah Höch : Through the Looking Glass » in Peter Boswell et Maria Makela, The Photomontages of Hannah Höch, cat. expo., Walker Art Center de Minneapolis (octobre 1996-février 1997), Museum of Modern Art de New-York (février-mai 1997), Los Angeles County Museum of Art (juin-septembre 1997), éd. du Walter Art Center, Minneapolis, 1996, p.21. []
  6. Karoline Hille, Spuren der Moderne : die Mannheimer Kunsthalle von 1918 bis 1933, éd. Akademie Verlag, Berlin, 1994. []
  7. Voir notamment Fünf Malerinnen der frühen Moderne, éd. Reklam, Leipzig, 2002 ; Gefährliche Musen. Frauen um Max Ernst, éd. Ebersbach, Berlin, 2007 ; Spiele der Frauen. Künstlerinnen im Surrealismus, éd. Belser, Stuttgart, 2009 ; ou encore Gabriele Münter. Die Künstlerin mit der Zauberhand, éd. DuMont, Cologne, 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *